Du projet d’établissement à l’organisation apprenante

 

 

Alain BOUVIER

Professeur des universités

Directeur de l’IUFM de l’académie de Lyon

 

 

 

            La démarche de projet est-elle une simple mode ? Ou un fait de société international ? Faut-il accorder plus d’importance à la démarche ou à son « produit » ?

A travers deux « niveaux », celui des projets d’établissement et celui des projets pédagogiques, dans cet exposé nous présenterons succinctement cette démarche collective et participative qui constitue également, et surtout peut-être, un outil de management global des établissements scolaires.

 

            Dans la première partie, nous tenterons d’expliciter les fondements de la démarche de projet. En réponse à la question : « le projet, pourquoi ? », nous rappellerons huit raisons complémentaires d’adopter cette démarche, de choisir un cap et de s’y tenir, d’anticiper sur les changements, sur les inerties, de construire plusieurs scenarii, d’accroître la réactivité de l’établissement pour gérer au mieux l’inattendu, en particulier les évolutions souvent imprévisibles de son environnement.

            La seconde partie de notre exposé précisera ce qu’est un projet d’établissement : une possibilité de travailler collectivement, autrement, dans le but de décloisonner, de débureaucratiser et de détayloriser, à travers des collaborations internes, des maillages et la conduite de l’action par ses finalités. Le projet d’établissement porte sur trois pôles : l’éducation et la pédagogie, l’administration, et la politique globale de l’établissement, autour de quatre dimensions fondamentales : une utopie, des valeurs partagées, une volonté collective et des objectifs mobilisateurs à court terme. Il nécessite d’établir un état des lieux préalable à la démarche, mettant en évidence les points forts, les points faibles et les dysfonctionnements, état des lieux quantitatif (statistiques, données, ressources humaines) et qualitatif, dans une approche ethnologique décrivant la culture interne de l’établissement et les valeurs qui le porte.

 

            Un projet d’établissement requiert une vigilance particulière sur le rapport au temps, à l’espace (lourd de symboles), aux moyens matériels et aux ressources humaines dans une perspective de développer l’autonomie des acteurs, leur responsabilité, l’auto-évaluation et les apprentissages collectifs. D’une certaine façon, il peut se résumer à travers des verbes d’action : identifier, regrouper, expliciter, consulter, impliquer, poser (les problèmes), imaginer et évaluer.

            Qui dit apprentissage collectif dit surtout pilotage, évaluation et régulation, l’important pour un projet résidant dans ses mécanismes de régulation, première étape vers une organisation apprenante.

 

Alain BOUVIER

Professeur des universités

Directeur de l’IUFM de Lyon